They invented swag

Skip to main content

Nous sommes le 22 novembre. Plus tôt, je me suis mordu la langue. J’ai eu mal, mais vraiment vraiment mal. La bière m'a coûté 10,50$. J'ai mangé des nachos du Mexicasa. Pour la 5ième fois cette année, je me suis dit que ce serait la dernière fois que j’achèterais des nachos du Mexicasa. Maintenant, je suis à coté d’un Torontois, prototype du Blanc des banlieues. Celui-ci est sûrement d’origine grec. Mis à part le Torontois, autour de moi, ce n’est que des belles femmes sophistiquées. Le genre qui sait quel parfum mettre avec telle écharpe, qui a un iPhone blanc - qui avait le noir mais le blanc, c'est mieux -, qui a étudié le droit. Et pour moi, c'est bon: j’ai mis le "croc" de Lacoste et je texte mes amis pour leur dire que je suis excité comme une puce. 

Je suis au Centre Bell.

Et je me demande pourquoi il y a des sièges au lieu d'un parterre. Mais les lumières s’éteignent et la chanson H.A.M commence. Kanye West et Jay-Z sont sur des cubes qui s’élèvent au-dessous de la foule. Je n’ai jamais entendu une foule crier ainsi.

 

482

 

Je n’ai jamais entendu une foule crier ainsi pendant 2h30.

 

Je suis triathlète en devenir, je sais ce que c'est que l’endurance, et 2h30 de show, c’est énorme. De la cocaïne, vous dites? Évidemment. Qu’importe. On pourrait parler longtemps du côté politique du show: on traverse ce qui serait la pire crise économique depuis 1929, et tu paies 100$ pour voir deux mecs se vanter d’avoir beaucoup beaucoup d’argent, c’est difficile de ne pas poser des ques- Holy shite they are playin N**ga what, N**ga who! De toute manière, cette vidéo d’un enfant du Klu Klux Klan en grand écran pendant No Church in the Wild, c’est sûrement assez. What’s a mob to a King? Kanye West et Jay-Z le savent très bien. Je pense simplement que les Afro-Américains veulent faire la fête et profiter de ce qu’ils ont, au maximum. Je ne vais pas les blâmer. Les grandes réflexions philosophiques, je les laisse aux autres; Jay Z c’est Big Pimpin, Kanye c’est Golddiger. D’ailleurs, je vous rappelle que j’ai mal à la langue, donc tout est bon pour oublier, tout.  Et je ne sais pas combien de chansons ont joué depuis le début du spectacle, mais N**gas in Paris a joué cinq.. fois.. de.. suite. (Je n’ai jamais autant dansé qu’à la cinquième fois. Le Torontois avait enlevé son t-shirt et les filles s’allumaient des cigares... Des cigares!) Ball so hard.

Ces deux mecs - enfin surtout Jay-Z - z’ont vécu des trucs horribles dans leur vie, et s’il y a une grande leçon à apprendre de deux mecs qui ne font que ce qu'ils veulent, c’est qu’on n'a pas le temps de pleurer sur son sort. Watchu you know about the Montréal boys?

Now? So much more Hova.

Le son du Centre Bell est à chier.
Les beats sont déjà tellement programmés qu’on se demande si vraiment il y a des dj sur scène.
On est rendu à lever nos iPhones au ciel, au lieu du traditionnel briquet, on texte pendant le concert (hahahahahs n**ggas in paris for the 3x time..wait make it four!!! – shit is nuuts).

Ça n’importe que peu. C’est une pièce de théâtre qu’on est venu voir, celle de l’histoire du hip-hop qui est triomphante, celle des Noirs qui sont acceptés au point de remplir 15 000 places, de créer ce genre d’événement culturel. Jamais de ma vie que je vais voir autant de charisme, de confiance en soi, d’égo, de coke, de rires, de misogynie hilarante (Hatin? Dites-moi: combien de fois un Français dit "putain" en une journée? En voilà, de la misogynie.) Ce n’est pas mon quotidien habituel, mais pour plus de 2h, ça fait du bien.

J’ai appris un mot ce soir, c’est swag.

 

481

 

Commentaires

"It's a joyous occasion!"

"It's a joyous occasion!"

Oui mais...

Kanye a peut-être inventé le swag, mais il est vraiment mieux dans sa peau depuis son coming out. "Hey Kanye ! Do you like fish (à compléter)" - South Park.

Je pense que franchement,

Je pense que franchement, s'il avait un sens de l'humour, il jouerait la chanson live, ça serait génial. Au lieu de cela, il se plaint de cet épisode dans ces deux derniers albums, ce qui leur donne totalement raison. N'empêche, c'est un des rares rappeurs à avoir publiquement affiché son soutien contre l'homophobie. C'est pas mal.