Disconnection notice

Skip to main content

347

 

Mon premier véritable concert. Évidemment, le Métropolis sentait le pot, les cigarettes et les bières et évidemment, j’avais 15 ans. Après deux horribles premières parties, Thurston Moore et Kim Gordon arrivent sur scène, tapotent leurs instruments… la distorsion se réchauffe… Lee Ranaldo (un verre de vin à la main) et Steve Shelly suivent, la lumière est d’un bleu profond, les chansons commencent: Dead Boy Stares, Strange To Meet You, Dead Boy Cares, So Great To See You. Je pense qu’on ne pourra jamais expliquer à quel point Sonic Youth est une institution dans le milieu de la musique.

 

Sonic Youth est aujourd'hui encore un badge qu’on porte avec une fierté arrogante, c’est encore une idée géniale dont les influences se feront sentir pendant 100 ans de guitares, de  basses et de batteries, ils sont les Beatles de tout un monde. Ce monde dans lequel j’ai grandi, celui qu’on a appelé à tort alternatif, qu’on appellait autrefois college rock, qu’on appelle aujourd’hui bêtement indie… et ne me parlez pas des ridicules, étymologiquement et historiquement, faux hipsters. Les interviews de Thurston Moore m’ont fait découvrir la plupart des bands que j’aime, les interviews de Kim Gordon m’ont ouvert la porte au féminisme et à une révision totale des médias.

 

Lundi, j’ai appris que le mariage de Moore et de Gordon prenait fin après 27 ans, 27 ans d’un amour qui nous aura donné de merveilleuses chansons. On ne sait pas si le groupe continuera d’exister mais la fin de ce couple mythique aura eu l’effet d’une bombe. Pour honorer ces 27 ans, voici 5 chansons d’amour extraordinaires que Sonic Youth nous aura laissées et la raiosn pour laquelle elles m’ont personnellement touché. J'exclue les chansons de Lee Ranaldo, question de me concentrer sur Thurston et Kim.

 

Cotton Crown.

 

New York City is still a kitty. Probablement la seule ligne qu'ils ont écrite que je qualifierais de kitsch, mais le reste est d’une grande beauté lyrique. C’est une des rares chansons dans laquelle Thurston et Kim chantent ensemble, on ne sait pas qui des deux a écrit les paroles, mais c’est bien l'expression d'un couple.

Kissability.

 

Probablement les clics-ke-ti-clacs les plus enivrants de l’histoire du rock. Gordon a très souvent chanté sur les femmes et les médias avec en tête l’idée de la femme-célèbrité et les images qu’elle projette. Dans les 3 minutes de Kissability, il est impossible de savoir si la femme est célèbre, si elle le désire sans l'être, ou si elle veut simplement être aimée pour ce qu'elle est. Un pote me disait que c’était clair qu’il s’agissait d’une prostituée, moi j’ai toujours pensé à Marilyn Monroe, mais dés que je vois une femme dépendre d’un homme, c’est à Kissability que je pense.

 

(She’s In A) Bad Mood

 


C’est le contraire même de la balade d’amour pop classique. De leur premier album, c’est jeune, c'est bruyant, le rythme n'a aucun sens, Thurston est calme, la distorsion annonce EVOL et Bad Moon Rising. On a l'impression de se trouver dans une minuscule salle du Lower East Side, on se sent sale, on pense au gars ou à la fille qui nous a mis dans un état de colère ou de tristesse immense en nous manipulant et on essaie de devenir plus fort.

Hits of Sunshine (for Allen Ginsberg).

 


La chanson est dédiée à Allen Ginsberg. Je n'avais jamais porté attention à ceci, mais la phrase "Today I, Say goodbye, To my conflicted goddess" touche une corde sensible et évoque la lumière des matins d’hiver, avec leurs mille couleurs. C'est très personnel, mais j'ai lu le même type d'attachement sur les forums et dans mon entourage Youthien. Le reste de la chanson est un tableau que les sons de Ranaldo encadrent. La complicité d’un vieux couple ne m'a jamais été aussi bien contée.

 

Expressway to your skull.

 


J’aime épeler Xprsswy Tyr Skll.

L’ultime chanson d’amour. Si jamais tu dis "We’re going to kill the California girls" à ta copine et que la copine acquiesce, c'est la grande aventure qui t'attend! Aucune chanson d’amour n’exprime autant la joie d’être en amour avec autant de mystère et de charisme. Quand Thurston chante "We are going to find the meaning of feeling good", il résume les premières minutes d’un amour, quand il mélange moyen de transport et crâne humain, il nous rappelle l’étrangeté d’une attirance physique. Le coup après la troisième répétition du refrain est un monument en lui même. Ensuite, c’est un grand rush pour finir dans le calme. Comme la carrière de Sonic Youth.

 

 

 

J’ai texté la nouvelle de la séparation à trois amis. J’ai eu les trois réponses suivantes:

- Donc l’amour ne sert à rien.

- Yup, loves does not exist.

- Je crois plus en rien.

 

On aime croire en quelque chose. Il nous reste Yo La Tengo, comme un symbole.

PS: Peut-on s'arrêter sur le chiffre 27 ?

348