La Tache et Guillaume écoutent un film pour vous: RoboCop partie 2

Skip to main content

 

Vous l'attendiez avec impatience; voici la deuxième partie de la fabuleuse critique de RoboCop par la Tache et Guillaume! Relisez la première partie ici.

Guillaume: Rebonjour tout le monde! Reprenons immédiatement là où nous nous étions laissés: RoboCop se souvient de son identité et procède donc à l’arrestation des membres de la bande de Clarence Boddicker, caïd de la pègre. Pendant ce temps, Bob Morton, vice-président d'OCP et créateur du projet RoboCop, se comporte comme n’importe quel yuppie de Wall Street se doit de le faire, et prend des lignes de cocaïne avec deux prostituées chez lui pour fêter la réussite de son projet.
La Tache: Vous avez vu ce cliché en premier dans RoboCop.
Guillaume: Boddicker débarque alors chez Morton et procède à la pulvérisation de ses membres inférieurs. Il insère ensuite une cassette dans le cinéma maison à trois écrans de Morton et, coup de théâtre, on apprend que Boddicker travaille en fait pour Dick Jones, le rival de Morton!


418

La Tache: Puis, Boddicker dégoupille une grenade avec sa langue. SA LANGUE. Pourquoi. Tu. Dégoupillerais. Une. Grenade. Avec. Ta. Langue? Fuck. C’est sale, une grenade. C’est la guerre, une grenade. Mets pas ça dans ta bouche.

419

Guillaume: Et Boum! Morton n’est plus que poussière après cette mésaventure, n'ayant pas pu se débarrasser de la grenade à cause de ses jambes plombées. Pendant ce temps, la quête de justice de RoboCop se poursuit, et celui-ci débarque en plein milieu d’une transaction illicite impliquant beaucoup d'argent, beaucoup de cocaïne, et Boddicker.
La Tache: Pour une raison X, Boddicker trempe ses doigts dans le vin du dealer de drogue qui, pour ne pas se laisser impressionner, décide tout de même de continuer à siroter son vin. Je dis ça, je dis rien, mais les doigts d’un méchant de film d’action ne sont sûrement pas propres. On parle d'un gars qui dégoupille des grenades avec sa langue, ce qui est dégueux. Imaginez où il met ses doigts. (Indice: On peut parfois le bleacher, mais je ne comprends pas pourquoi.)
 
442

Guillaume: Comme vous pouvez le constater, l'hygiène concerne beaucoup la Tache, ce qui est assez paradoxal tout compte fait. Mais bon, oublions les questions sanitaires, et passons au massacre.
 
 

436

Guillaume: RoboCop laisse tout de même Boddicker en vie pour procéder à une interrogation musclée. Celui-ci révèle qu'il travaille pour Dick Jones. RoboCop ne peut toutefois pas se résoudre à le tuer, malgré le fait qu'il ait déjà abattu une bonne douzaine d'individus il y a quelques secondes. La conscience, ça fonctionne de même.

420

La Tache: Après avoir amené Boddicker à la police, RoboCop a des comptes à régler avec Dick Jones qu’il va trouver chez lui, dans sa tour aux allures futuristes.
Guillaume: Dick Jones, qui a l’air beaucoup trop confiant, pas du tout inquiet qu’un cyborg se pointe pour l’arrêter. Je le soupçonne d’avoir un as dans sa manche.
La Tache: Cet as, c’est la QUATRIÈME DIRECTIVE QUI EMPÊCHE ROBOCOP DE FAIRE DU MAL À N’IMPORTE QUEL EMPLOYÉ D’OCP.

427

Guillaume: Oh snap. RoboCop s’est fait avoir comme un débutant. Ou comme un vulgaire jouet, selon Dick, qui rend honneur à son prénom en se comportant de la sorte.
La Tache: S’ensuit un combat entre le robot de Dick Jones et RoboCop. Honnêtement, à part peut-être deux Geïsha qui frenchent en scorant un but contre Toronto, y’a rien de plus awesome qu’un combat de robots.
Guillaume: Hugh Jackman pensait probablement que Real Steel allait ressembler à cela. Malheureusement, il avait tort.
La Tache: J’ai également été déçu quand j’ai écouté Geïsha - y’avait pas assez de lesbiennes. Je passe.
Guillaume: Finalement, RoboCop réussit à se débarrasser de son adversaire en utilisant le pire ennemi de tout robot bipède: les escaliers (ou bien les cordes, pour les quadrupèdes).
La Tache: À noter que les escaliers sont aussi le pire ennemi du Professeur X dans X-Men.
Guillaume: Aussi, ED-209 est vraiment un mauvais perdant. Après avoir chuté dans l’escalier, il se met à brailler et à gigoter des jambes. Oui oui. Le robot fait une crise.

428

La Tache: RoboCop s’enfuit donc vers le stationnement où une meute de policiers l’attend pour le détruire, malgré les protestations de quelques agents de la paix qui ne veulent pas tirer sur l’un des leurs.
Guillaume: Mais ne voient-ils donc pas que RoboCop n’est qu’un grand incompris?
La Tache: Un Baudelaire des temps modernes.
Guillaume: MAIS POURQUOI TIRENT-ILS DESSUS??
La Tache: Ils ont aussi tiré sur Baudelaire. Sauf que c’était de la syphilis.
Guillaume: RoboCop est finalement tiré d’affaire par son ancienne partenaire, Lewis, qui l’emmène en lieu sûr.
La Tache: Pour fourrer.
Guillaume: Non.

426

Guillaume: Et c’est le temps de passer à un autre bulletin d'information. Cette fois, nos deux joyeux lecteurs de nouvelles nous informent qu’un laser (?) branché sur un satellite dans l’espace (??) a accidentellement fait feu sur la banlieue cossue de Santa Barbara en Californie (???), tuant sur le coup une centaine de personnes, dont deux anciens présidents des États-Unis (??????). Est-ce un commentaire politique quelconque? Je n’en sais rien, mais le film passe une minute là-dessus pour ne plus jamais y revenir.
La Tache: C’est comme moi pis les filles épaisses. (iiiissshhh...)
Guillaume: Aussi, les forces policières sont sur le point de déclencher leur grève.
La Tache: Pendant ce temps, Clarence and Dick, les deux michants, ont un peu de bromance sur fond de domination mondiale.
 
440

Guillaume: Après l'avoir fait libérer, Dick Jones informe Clarence Boddicker qu’il doit éliminer RoboCop, car celui-ci détient un enregistrement de l’aveu de Boddicker. En échange, Dick promet à Clarence le monopole du crime dans Delta City, qui doit être construite sous peu.
La Tache: Retour à une usine désaffectée où Lewis a emmené RoboCop.
Guillaume: Question de lui rappeler de bons souvenirs. “Tiens, RoboCop. Voici une usine comme celle où tu as été massacré il n’y a pas longtemps. Good times.” Pas cool, Lewis, pas cool.
La Tache: Là, c’est une scène dont on se criss parce que RoboCop a des émotions. Il se souvient de sa femme, il se dévisse la face, mais dans le fond, la question qu’on se pose tous c’est: pourquoi t’es pas en train de tuer du monde?
Guillaume: Ouais, depuis quand un cyborg a des sentiments? Il dit des inepties comme: “I had a wife and kid. I can feel them, but I can’t remember them.” Braille-moé une rivière.
La Tache: Écoute, j’suis pas mal certain que les Japonais qui sont en train de mettre au point des cyborgs sexuels (PARCE QUE JE SAIS QUE C’EST CE QUE VOUS FAITES DANS VOS DÉPARTEMENTS D’INGÉNIEURS. [/commentaire raciste]), ils ne vont pas leur développer une ben grosse histoire familiale, à leur bibittes sexuelles. Ou, mieux, leur histoire familiale va toute être pareille: Père absent, besoin d’attention masculine, peu d’estime personnelle. (...) Tout ça pour dire que RoboCop s’enlève la face pis c’est full émotion.
Guillaume: Et disons que c’est un peu moins laid que le visage de Darth Vader dans Return of the Jedi, mais c’est pas loin.

429

La Tache: Passons, c’est le chaos dans les rues de Détroit, les policiers sont en grève. Ce chaos sert aux retrouvailles de la bande à Boddicker.
Guillaume: Une chance que ce n’est pas un tel chaos dans les rues d’une ville civilisée comme Vancouver quand... oh, et puis, laissez tomber. Trop facile
La Tache: Boddicker partage ses nouveaux joujoux (hiboux, cailloux, genoux) avec les copains: des fusils/bazookas/grenades qui ne seraient même pas safe dans l’armée. Ils décident ensuite d’aller péter RoboCop.
 
443

Guillaume: Pendant ce temps, à l’usine abandonnée, il semble y avoir des rapprochements entre RoboCop et Lewis, et c’est un peu étrange. Je sais que nous sommes au XXIe siècle et qu’il faut être tolérant, mais je ne crois pas que l’humanité soit prête à accepter les relations robosexuelles.
La Tache: Moi je dis, n’importe qui qui se place derrière toi pour te montrer à jouer au tennis, au golf, ou à tirer du gun et que tu te laisses faire? Clairement un signal que t’es down pour une partie de jambes métalliques en l’air. Watch out aux boulons, cependant.

430

Guillaume: Bref, Lewis aide RoboCop juste à temps, car Boddicker débarque, et il veut la peau/le RAM de RoboCop. Ce qui est cool, c’est que RoboCop en profite pour être un peu baveux et lance un: “Looking for me?” avant de tuer le premier bandit. Être baveux, ça faisait partie des mises à jour quand RoboCop à changé son système d’exploitation de Snow Leopard à Lion.
La Tache: Tout le monde se tire dessus. Bien évidemment, c’est le black qui meurt en premier. Ensuite, y’a un méchant qui essaie de rouler sur RoboCop avec sa van. Mauvaise idée: les seules choses sur quoi tu peux rouler, avec ta vanne, c'est sur chien pis ta fille aînée à qui t’avait pourtant dit: “JOUE PAS DERRIÈRE LA VOITURE, LÉA-ÉLIZABETH, JOUE PAS LÀ!” Ben là, tu peux plus lui dire, à Léa-Élizabeth. Anyway, il rate RoboCop et rentre dans du toxic waste qui lui coule dessus.

1) Qu’est-ce que le toxic waste faisait là?
2) Qu’est-ce qu’il y avait dans le toxic waste? Des rêves d’enfants broyés, du pouding à l’arsenic pis des dreads de Jean-François Harrisson?

Parce que le gars, quand il en ressort... il est pas beau.

Guillaume: Je vous ai préparé un joli GIF pour que vous puissiez apprécier pleinement l’horreur de la situation:
 
441

Guillaume: Lewis tente d’appréhender Boddicker, qui réussit tout de même à vider son chargeur entier sur elle sans qu’elle ne puisse rien faire. Je ne sais pas quel genre d’entraînement les policiers de Detroit reçoivent, mais ils méritent tous une mention d’honneur dans la catégorie “Cible vivante”. Heureusement, RoboCop arrive in extremis pour sauver la mise.
La Tache: Les policiers pis les Stormtroopers dans Star Wars, même combat.
Guillaume: Oui, c’est la troisième blague de Star Wars en cinq minutes, mais bon, donnez-nous une chance. C’est cool Star Wars.
La Tache: Pourquoi on n’a pas fait ça sur Star Wars? Star Wars c’est awesome.
Guillaume: Je ne crois pas que nous sommes à la hauteur de Star Wars. À l’allure qu’on va, le prochain film qu’on critique devrait probablement être Attack of the Killer Tomatoes ou Battlefield: Earth.
La Tache: Alors dans un revirement de situation intense, le michant sans nom emprisonne RoboCop sous des tonnes de débris...
Guillaume: ...avant de se faire exploser la tronche par Lewis et son bazooka...
La Tache: … parce que oui, Lewis, même avec 8 balles dans le corps, elle peut encore tuer ...
Guillaume: … et là Boddicker commence à torturer RoboCop, qui semble impuissant...
La Tache: … et dans un moment très Wesley Snipes, lui rentre un pieu dans le coeur ...
Guillaume: … mais RoboCop a plus d’un tour dans son sac, et ressort l’instrument mortel qui lui sert de souris d’ordinateur/doigt d’honneur pour poignarder Boddicker dans la gorge. Point.

432

Guillaume: De retour à OCP, Dick Jones propose au conseil d’administration de placer des ED-209 partout dans la ville pour maintenir l’ordre et la paix. Parce que tout le monde sait à quel point ils sont efficaces.
La Tache: Après avoir pété ces robots avec son énorme bazooka, RoboCop monte au bureau principal pour régler ses comptes avec le méchant Dick Jones.
Guillaume: Dick Jones, qui en voyant RoboCop débarquer, décide que c’est une bonne idée de prendre son patron en otage et de demander un hélicoptère pour pouvoir s’enfuir. Un peu de manque d’imagination ici..
La Tache: C’eut été beaucoup plus imaginatif de baisser ses culottes, de sortir un petit rongeur mortel de son urètre et de l’envoyer détruire RoboCop de l’intérieur en grignotant son filage. Mais je ne suis pas réalisateur de film, alors...
Guillaume:
La Tache: On se souvient que RoboCop ne peut pas tuer ou attaquer un dirigeant d’OCP, ce à quoi le patron de Dick Jones remédie en le CRISSANT DOUWORS.
Guillaume: Se faire mettre à la porte quand tu as RoboCop devant toi prêt à t’exploser, c’est pas cool. Ne passe pas GO. Ne récolte pas ta vie. Ta partie est terminée.

433

La Tache: Je pense que la fin du film peut se résumer par l’expression heureuse de ce bon bougre d’ami de Morton sans nom, qui fait un thumbs up à RoboCop, comme nous faisons un thumbs up à Paul Verhoeven.

434

Guillaume: Ce film ne pouvait que bien se terminer.
La Tache: Sauf peut-être pour ce sourire malaisant de RoboCop, à mi-chemin entre un rapist smile et un cone-head.

435

Guillaume: Quel. Film. Fabuleux. Sans blague, c'est un film d'action qui surpasse probablement 99% de tout ce que peut produire Hollywood de nos jours. Facile de comprendre pourquoi la prestigieuse entreprise Criterion a ajouté RoboCop à sa collection.
La Tache: Des robots, des explosions, des gens qui meurent de façon violente, peu de place aux émotions, une paire de boobs à 5 minutes du début du film; honnêtement, on dirait le manuel d'emploi d'un gars qui sait ce qu'il fait en matière de films d'actions.
Guillaume: La Tache, merci pour cet exercice audacieux et un peu futile, c'est à refaire!
La Tache: Ne reste qu'à trouver notre prochaine cible. Mortal Kombat? Showgirls? La règle du jeu? M'enfin... merci à toi Guillaume, et à la prochaine!

Commentaires

Pourquoi

Pourquoi on a mis le sourire de RoboCop dans l'article? Ça me terrifie encore aujourd'hui, ce truc...

Moi c'est le gif de la

Moi c'est le gif de la vicitme des déchets toxiques qui va m'empêcher de dormi ce soir. Ew.

I know!

Je saaais! C'est overkill à souhait.